Étape par étape pour faire un jardin en pot


Qui n’a pas pensé à consommer des produits plus sains ? Peut-être tout le monde à un moment donné ! Cependant, pour beaucoup, il peut être coûteux et parfois impossible d’acheter régulièrement des aliments frais. Une solution qui est venue changer la vie des familles est le jardin potager, qui, avec juste un peu de soin, est capable de nous fournir des aliments nutritifs et sans l’utilisation de produits chimiques ou de pesticides qui finissent par affecter la qualité des produits et notre Santé.

Bien qu’il existe plusieurs types de jardin, l’un des plus faciles à installer est le jardin en pot. Il a l’avantage de nécessiter peu d’espace, d’être pratique à déplacer, de demander un faible investissement et de pouvoir être réparti artistiquement dans la maison, soit en surélevant les pots sur une table, en les regroupant au sol ou en les accrochant aux murs.

Pour faciliter ce processus, les aspects à prendre en compte lors de la création d’un jardin en pot et les étapes pour le préparer sont mentionnés.

Pas à pas : Comment installer un potager chez soi ?

Matériaux nécessaires

Le temps d’installation est court, par rapport à d’autres types de vergers, selon que l’on a tout le nécessaire au préalable. De plus, sa difficulté est très faible, c’est donc même un processus dont on peut profiter dès le début. Voici les matériaux qui ne devraient pas manquer :

  • Palettes: Ce sont des plates-formes faites de planches de bois, de plastique ou de métal qui servent à surélever les pots du sol et à empêcher la chaleur accumulée sur le sol d’augmenter sa température.
  • Terre: Il est préparé avec du sable/argile, du compost, de la mousse, entre autres éléments, pour augmenter l’oxygène, améliorer le drainage et prévenir les maladies des mauvaises herbes et des ravageurs.
  • Leca: mieux connue sous le nom de pierre rouge ou d’argile expansée, elle aide également à retenir l’humidité de la terre, tout en étant un élément décoratif attrayant.
  • Des graines: il peut s’agir de tubercules, de légumes et même de plantes aromatiques. Bien que les espèces à racines courtes doivent être préférées afin qu’elles puissent pousser en bonne santé dans un petit espace.
  • Pala: cela fonctionne pour enlever la terre et créer les trous où les graines seront introduites. L’idée est qu’il est confortable avec la poignée et la taille optimale en fonction des dimensions des pots.
  • Arrosoir: Il facilite l’irrigation des plantes, bien que si l’on veut une plus grande dispersion de l’eau et un meilleur contrôle de la ressource, il faut pencher vers un pistolet d’irrigation.
  • végétaux: si nous ne voulons pas attendre que les graines poussent, il est possible d’utiliser des semis comestibles (plantes bébé), qui peuvent être cultivées après un court laps de temps.
  • Casseroles: pour jouer avec la décoration, il est conseillé de varier les tailles, les formes et les couleurs, et de privilégier l’argile ou la boue, car elles évitent la stagnation de l’eau et favorisent l’aération. Si nous choisissons du plastique ou de la céramique, il est important qu’ils aient un trou en dessous pour filtrer l’eau.

1. Entrez dans le pays


Une fois que tout est prêt, il est temps de commencer ! Tout d’abord, vous devez remplir la base du pot avec du leca, en créant une fine couche, puis ajouter un peu de terre. Avec l’aide de la pelle, nous ouvrons un trou et nous y mettons les graines ou les semis et ajoutons plus de terre. Dans le cas du semis, la racine doit être bien répartie dans le sol.

Ensuite, on laisse quelques centimètres libres et on aplatit un peu avec nos doigts. L’idée est que le sol ne soit pas trop tendu pour qu’il puisse s’aérer, que les nutriments et l’eau pénètrent bien, et que la plante se développe librement.

2. Le leca est ajouté en surface

Lorsque la terre est bien aplatie, dans les centimètres laissés libres, on recrée un mur de leca de 2 à 3 cm d’épaisseur, et on finit de le recouvrir de terre : cela assure une bonne absorption de l’eau à l’intérieur. Enfin, on l’aplanit à nouveau en exerçant une légère pression sur les zones bombées.

3. Couverture ou allocation de compost


Il est également important d’ajouter du compost ou de l’engrais, ce qui aide à maintenir une bonne activité microbienne dans la plante, afin que les bons nutriments arrivent et qu’elle ait également une bonne absorption de l’eau. Il suffit d’étaler une couche très légère jusqu’en haut et le tour est joué. Le compost comprend à la fois des déchets organiques d’origine animale et végétale, il peut donc même être préparé à la maison.

4. Ajoutez de l’herbe (facultatif)

Si notre jardin en pot va être à l’extérieur, il est recommandé de mettre une couverture d’herbe sèche ou de paille sur la surface du pot. Cela aidera à empêcher les températures extrêmes, les fortes pluies et les oiseaux d’endommager le mélange.

5. Arroser et couvrir

Lorsque vous avez fini d’appliquer la couche d’herbe, il ne reste plus qu’à arroser. Pendant les 10 premiers jours, il est crucial de bien les hydrater (sans les inonder), car c’est à ce moment que les premières tiges commenceront à germer. La recommandation est d’arroser quotidiennement (modérément) en été et tous les 2 ou 3 jours en hiver.


Lorsque la graine commence à germer et que le tronc apparaît, il est temps d’enlever la couche d’herbe ou de paille, afin que la plante puisse se développer librement. Mais si vous ne le faites pas, la plante s’y frayera un chemin.

Quels aspects prendre en compte pour avoir un jardin en pot sain et solide ?

Maintenant que nous connaissons les étapes à suivre pour assembler nos pots, il est nécessaire de connaître certains facteurs importants pour garantir une bonne croissance.

Humidité

Prendre soin de l’humidité est très important, car nous pourrions faire pourrir la plante. La recommandation est de ne pas ajouter plus de liquide avant d’avoir vérifié que le sol est bien sec ; Étant un endroit clos, le processus d’évaporation est plus lent. De plus, si la plante perçoit un excès de chaleur ou d’eau, elle est également susceptible de souffrir de défoliation, c’est-à-dire de chute des feuilles, car la plante entre dans un état de stress chronique dû à un excès ou à un manque d’irrigation.

Sol

La plupart des plantes ont besoin de suffisamment de soleil pour pousser, par conséquent, elles doivent être situées dans des zones où le soleil est plus présent pendant la journée. Cependant, si nous avons une grande variété d’espèces, elles peuvent voler la lumière les unes des autres, il est donc important de les organiser stratégiquement afin qu’elles bénéficient toutes des bienfaits du soleil.

Les pots avec de petites plantes et peu de feuilles doivent aller à l’avant, tandis que les plus grands et les plus matures doivent être à l’arrière. L’avantage est que ce jardin peut être déplacé vers le soleil ou retiré quand cela vous convient.

Température

Ne laissez pas le pot en plein soleil ! Placez-les simplement dans un espace où il y a suffisamment de lumière. Sinon, les racines en subiront les conséquences : l’eau sera absorbée plus rapidement, le pot surchauffera, les racines brûleront et les températures élevées tueront les micro-organismes riches en minéraux. Tout cela parce que le soleil peut atteindre des températures allant jusqu’à 80°C.

S’il n’y a pas d’espaces ombragés, il est conseillé de placer les pots à côté d’une clôture, de les éloigner des murs car ils accumulent beaucoup de chaleur, et de les surélever sur les palettes pour qu’ils ne reçoivent pas le rayonnement du sol. Il est également utile d’acquérir des pots de différentes tailles et de les protéger les uns des autres, afin que le soleil ne tombe pas directement sur les feuilles.

Irrigation

Comme déjà mentionné, il est important que le sol soit à nouveau sec pour arroser, et cela peut être vérifié en insérant un doigt et en vérifiant qu’il ne ressort pas mouillé ou avec un sol humide collé. De plus, pour que l’eau s’écoule bien, le pot doit de préférence être fait d’un matériau naturel, comme l’argile, la fibre de coco, entre autres, qui à son tour aidera à conserver l’humidité plus longtemps, surtout en été.

Maintenant, il est important de ne pas inonder et pour cela on introduit le leca ou les pierres rouges, qui sont également très légères. Et la meilleure chose est que, en plus de conserver l’humidité, il peut isoler l’excès de chaleur, ce qui est très bénéfique pour le jardin.

Mélangez plusieurs plantes !

Ce type de verger nous donne la possibilité de combiner plusieurs plantes, par exemple, de façon saisonnière. Le grand avantage est que chaque espèce apporte des nutriments aux autres, ce qui favorise une croissance plus saine. Par exemple, les plantes aromatiques peuvent être associées à des légumes verts ou des plantes aromatiques à tubercules ou à des arbustes fruitiers. De plus, plus nous avons de pots, plus l’écosystème reste humide et frais.

Maintenant, comme déjà mentionné, il est important de considérer la taille des racines pour bien définir les dimensions des pots. Voici donc quelques alternatives :

Grand pot de fleurs ou pot (15 Lts):

  • Poivre
  • Petits pois
  • Tomates
  • aubergines

Pot bas ou jardinière longue (10 Lts)

5 plantes aromatiques :

  • demande
  • Menthe poivrée
  • Romero
  • Thym
  • Basilic

Et 2 gros légumes à feuilles vertes :

  • Salade
  • Épinard

**Calculez 2 litres pour chaque plante.

Petit pot (2 litres)

  • plantes aromatiques
  • Fraises

En suivant ces étapes et ces considérations, nous aurons un jardin en pot prêt à pousser ! De plus, il existe de nombreuses alternatives de décoration qui rendront notre petit espace naturel plus attrayant.

Laissez-nous votre commentaire

Laisser un commentaire