Comment préparer le substrat pour un jardin ?


Dans l’entretien du jardin et du verger, une étape à ne pas manquer est la préparation du terrain. Cela aide à créer les meilleures conditions pour que les graines germent, que les racines et les plantes poussent et que les fruits se forment. Et comment faire ? C’est là que le substrat fait son apparition. Ce composant est formulé à partir de résidus organiques et inorganiques, qui modifient le sol en augmentant sa capacité de filtration et d’absorption d’eau, son aération, son pH, sa légèreté, et ajoute des nutriments pour stimuler le développement sain et fort de la plante. .

A cette occasion, il est mentionné plus en détail de quoi il est fait et comment nous pouvons utiliser le substrat si nous voulons l’utiliser au sol ou dans un tiroir pour obtenir les meilleurs résultats.

Quelles sont les caractéristiques d’un bon substrat ?

Bien que les substrats soient fabriqués à partir de déchets organiques et inorganiques, le pourcentage de matières organiques doit être plus élevé pour être considéré comme de qualité. Ainsi, le sol acquiert une consistance humide et poreuse, il n’est ni dur ni compacté et il contient les micro-organismes nécessaires pour que les plantes se nourrissent, ce qui se traduit par un jardin plus feuillu et fertile.

Parmi les matières organiques utilisées figurent l’écorce d’arbre, la noix de coco en morceaux, les balles de riz et la mousse de tourbe; tandis que dans l’inorganique, il y a généralement de la pierre ponce, de la vermiculite, du sable, de l’hydrogel et plus encore. Cependant, cela varie en fonction du produit.

Pour choisir le bon substrat, il est important de revoir les pourcentages des composants. Par exemple, un bon substrat est considéré comme contenant 25 % d’air, 25 % d’eau, 45 % de minéraux et 5 % de matière organique.

Où appliquer le substrat ?

Or, pour que le substrat donne les résultats escomptés, il est important de bien le mélanger avec le sol ou la terre. L’idéal est de le placer dans la dernière couche des 7 cm du sol, car c’est là que se trouvent les micro-organismes essentiels à la plante.

Une fois que nous ajoutons le substrat, ces petits animaux décomposent la matière organique et la transforment en matière inorganique. Sans l’air fourni par le substrat, les micro-organismes ne survivent pas et les nutriments n’atteignent pas les racines. Pour mieux le comprendre, il faut le comparer à un chemin de terre : c’est sec, très dur, sans eau et sans air, il est donc impossible que quelque chose y germe.

Étape par étape pour former le substrat ou le sol du jardin

1. Retirez la terre

Si nous allons ajouter le substrat au sol, la première étape consiste à enlever le sol. Cela servira à l’aérer et à le décompresser. Un moyen pratique de le faire est d’utiliser un râteau de jardin ou une fourche, car ils s’enfoncent plus facilement dans le sol. Cette étape ne doit pas être sautée, car ameublir ou ameublir le sol est ce qui favorise la circulation de l’air et de l’eau.

2. Nettoyer le sol

Par la suite, il faut enlever les mauvaises herbes accumulées au sol. Ces plantes sont souvent en concurrence avec nos plantes pour l’eau et les nutriments, il est donc essentiel de l’enlever afin que les composants n’atteignent que les graines. Pour l’éliminer, il n’est pas nécessaire d’ajouter n’importe quel type de produit chimique, il suffit de les déraciner avec une houe, bien que ce processus doive être fait de manière récurrente pour veiller au bon développement du verger.

3. Ajouter le substrat

Lorsque la terre est propre, il est temps d’appliquer le substrat ou de composter la terre. On fait une tranchée avec une pelle et on ajoute environ 3 kg de compost par m2. La profondeur dépendra de la plante ou de la graine que nous avons choisie, car il existe des espèces à racines longues et courtes.

Concernant la profondeur, l’important est qu’il y ait suffisamment de produit pour qu’il reste dans la dernière couche du sol et que les micro-organismes agissent. Lorsque nous avons fini d’appliquer le substrat, nous plaçons le semis ou la graine et le remplissons à nouveau de terre.

4. Protéger le sol

Pendant les premiers jours, il est important que le sol soit bien humidifié et que rien ne le soulève. C’est pourquoi il existe l’alternative de le recouvrir d’une couche d’herbe sèche ou fraîchement coupée, ou de paille. Il le protégera du soleil, des grands froids et même des oiseaux, lorsque les graines commenceront à germer. Enfin, il faut arroser constamment et attendre quelques jours pour commencer à voir les résultats.

Pas à pas pour former le substrat d’une jardinière

Maintenant, si nous voulons faire notre jardin dans une boîte, en raison de l’espace limité ou de la facilité de le déplacer, nous devons suivre d’autres techniques pour que le substrat fonctionne.

1. Tapisser le tiroir de plastique

Les caisses en bois peuvent pourrir et retenir l’eau si nous les utilisons pour construire notre jardin. Il est donc indispensable de les tapisser à l’intérieur si l’on veut éviter une détérioration rapide, et de faire un trou au fond pour qu’il s’écoule bien. Il faut veiller à bien étirer le plastique, pour éviter la casse ou que l’eau stagne dans les éventuelles rainures.

2. Ajouter des pierres

Plus tard, il faut ajouter quelques pierres au fond du tiroir et les mélanger avec un peu de sable. Ces suppléments aident l’eau à mieux filtrer et il y a une plus grande rétention d’humidité. Cependant, il est préférable de n’appliquer qu’une légère couche des deux, sinon le drainage s’aggravera et les racines pourraient être affectées. Le plus gros travail d’absorption et de filtration doit être fait par un substrat de qualité et un récipient correctement perforé.

3. Placez la terre

Enfin, la terre est introduite, un espace est laissé au centre pour la semence, et le remplissage est terminé. Il faut laisser un petit espace libre avant de recouvrir complètement le tiroir, puisque là on va ajouter la dernière couche de terreau ou substrat.

En ce qui concerne la profondeur, il est recommandé que le conteneur dépende beaucoup de ce qui va être planté, cependant, un espace qui permet aux racines de se frayer facilement un chemin doit être envisagé. Si on veut un petit tiroir, il faut opter pour des légumes et des légumineuses à racines courtes, comme les carottes, la laitue, les oignons ou les épinards.

4. Protégez le substrat

Comme dans la méthode précédente, il est également important de couvrir le substrat dans le tiroir, et surtout si nous le laissons à l’extérieur. Sur toute la surface on ajoute de l’herbe sèche ou fraîche, ou de la paille, et on appuie un peu pour enlever les trous d’air.

À quelle fréquence devez-vous payer ou fertiliser?

Parfois, il est recommandé de payer ou de fertiliser toutes les trois ou quatre semaines en utilisant des produits à libération rapide et ayant un pourcentage optimal d’azote, de phosphore et de potassium. Cependant, cela peut être évité si nous utilisons un bon substrat. Ainsi, nous n’aurons à enrichir le terrain qu’au moment du changement de saison.

En effet, on peut combiner différents substrats pour améliorer considérablement le mélange et donc la fertilité du verger. Ce qui est recommandé par les agriculteurs et les experts biologiques, c’est d’utiliser de la fibre de coco ou de la tourbe et de l’humus de vers de terre, car les premiers apportent légèreté et spongiosité pour une rétention d’eau adéquate, et le second est assez riche en nutriments car il s’agit d’un substrat organique digéré par les vers.

La portion recommandée pour faire le mélange est de 40% d’humus de vers de terre et le reste de fibre de coco ou de tourbe. Et si nous voulons quelque chose pour les changements de saison, nous ne pouvons appliquer que de l’humus.

Avec ces conseils pour préparer le substrat pour le jardin, nous obtiendrons des plantes plus saines. De plus, en choisissant le bon, nous nous passerons des abonnements récurrents.

Laissez-nous votre commentaire

Laisser un commentaire