Comment planter un poirier pour les débutants ?

Comment planter un poirier pour les débutants ?

Lorsque vous plantez un poirier dans votre jardin, vérifiez d’abord si le sol est prêt à être planté en regardant sa couleur et sa texture ; si le sol est encore humide, attendez qu’il sèche un peu avant de planter votre poirier, car cela vous permettra de creuser plus facilement dans le sol lors de la plantation de votre arbre et d’éviter de faire des trous qui pourraient ruiner complètement votre projet de plantation ! De plus, lorsque vous plantez un poirier, veillez à ce que le sol reste suffisamment humide pour que les racines de la plante puissent se développer, sinon votre arbre pourrait tomber malade à cause du manque d’eau ! Vous pouvez toujours arroser votre arbre avec un tuyau ou un arrosoir.

Le matériel pour creuser le trou

L’essentiel

Une pioche est faite pour creuser des trous dans un sol dur comme des roches, des pierres, de l’argile ou du gravier et c’est un outil indispensable pour les débutants comme pour les professionnels qui veulent commencer leur carrière au bon moment en construisant des routes, des trottoirs, des allées, des fondations et d’autres constructions qui sont utilisées chaque jour par de nombreuses personnes dans les villes et les banlieues du monde entier ! Une pioche se compose de deux parties principales, la tête (ou lame) et le manche, qui peut être long ou court en fonction de la taille du trou et du type de roche que vous souhaitez creuser ! Plus le manche est long, plus il est facile d’avancer et de reculer dans le trou, mais plus il est difficile de le maintenir en place car il est plus lourd !

Les têtes de pioche les plus populaires pour les débutants sont celles dont la lame est incurvée, généralement appelée pioche “courbe”, ce qui permet de la déplacer plus facilement et de conserver sa forme pendant l’utilisation car elle ne perd pas trop de poids.

Ameublir et enrichir le sol du trou de plantation

N’utilisez pas de produits chimiques sur vos plantes lorsqu’elles sont plantées pour la première fois, comme des engrais liquides ou des fongicides, car ils pourraient les endommager ? Fertilisez régulièrement les plantes avec des matières organiques, telles que du fumier composté ou des feuilles du jardin, après la première année de croissance, lorsqu’elles sont plus vigoureuses, généralement au printemps et à l’automne de chaque année et à nouveau si nécessaire pendant les périodes de sécheresse, afin de garantir une croissance saine, un bon rendement des cultures et une résistance aux maladies ?

Aménager le trou de plantation et laisser la nature opérer

Arbres nains

Si vous disposez d’un espace limité ou si vous ne souhaitez pas investir dans un arbre adulte, la nanification est un moyen simple d’obtenir un arbre qui s’adaptera aux petits espaces sans compromettre sa santé ou sa production de fruits pendant de nombreuses années ! On peut donner à un arbuste ou à un jeune arbre de bonne taille (jusqu’à 3 mètres) l’apparence d’un petit arbre en taillant la plupart des branches pour ne laisser que deux ou trois branches principales, puis en les taillant régulièrement pour qu’elles deviennent des versions plus petites d’elles-mêmes jusqu’à ce qu’elles ne dépassent pas un mètre de haut ! Ce type d’arbre produira également moins de fruits qu’un arbre plus grand, mais ces fruits pèseront souvent plus lourd car ils sont moins concentrés en goût et en quantité ; si cela n’a pas d’importance pour vous, allez-y et plantez un arbre nain plutôt qu’un grand !

Pruning

La plupart des arbres fruitiers nécessitent peu de soins, si ce n’est un arrosage régulier, de l’engrais et une taille une fois tous les ans ou tous les deux ans.

Les pommes de terre

Non, il s’agit des légumes de votre propre jardin, qui n’ont pas le moindre rapport avec les pommes de terre ou d’autres plantes racines (ce n’est pas pour rien qu’on les appelle “légumes racines”).

Tout d’abord, vous devez savoir avec combien de plants vous devez commencer et où les planter pour qu’ils aient suffisamment de soleil et d’eau pour devenir grands et en bonne santé, mais aussi pour qu’ils ne soient pas trop serrés et ne s’étouffent pas les uns les autres et ne deviennent pas chétifs et faibles parce qu’ils ont été serrés les uns contre les autres tout le temps, pour qu’elles puissent facilement être transplantées lorsqu’elles sont prêtes à être déplacées vers leur emplacement permanent dans le lit de jardin ou le conteneur ou tout autre conteneur que vous utiliserez pour les cultiver à l’avenir, une fois qu’elles sont assez grandes pour être transplantées facilement, généralement entre 10 et 15 cm de haut, selon la taille que vous voulez qu’elles aient lorsque vous les mangez !

La plus grande erreur que font la plupart des gens lorsqu’ils démarrent des graines à partir de semences est qu’ils commencent trop tôt – en fait, fin février ou mars – et se retrouvent avec de toutes petites plantules au lieu de grandes qui seront assez grandes pour être transplantées dans le jardin début juin.

Quelle terre pour le poirier ?

pH du sol

Les poiriers préfèrent les sols dont le pH se situe entre 5 et 7 ; toutefois, ils tolèrent une certaine acidité (pH 4). Ces sols acides se trouvent généralement dans les zones riches en calcaire, comme les prairies de la côte calcaire ou de la pampa et les sols argileux où les eaux souterraines ont lessivé les calcaires et les grès, rendant les sols plus acides que les sols environnants qui n’ont pas été affectés par le processus d’érosion mais plutôt par des processus naturels comme le ruissellement des eaux de pluie et les poussières soufflées par le vent qui ont tendance à être neutres ou alcalins de nature (7-8). Dans ce cas, il convient d’amender le sol avec des matières organiques, comme le compost, avant de planter les poiriers, afin de faire remonter son pH aux alentours de 6-7, car la plupart des plantes préfèrent cette plage pour une croissance et un développement optimaux.

Drainage

Certains poiriers ont des racines superficielles, tandis que d’autres ont des racines plus profondes, de sorte que leurs racines descendent dans les couches inférieures du sol et s’incrustent dans les dépôts de gravier et d’argile qui se trouvent en dessous.

Laisser un commentaire